Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

racontemoilalecture.over-blog.com

Pour les amoureux de la lecture, des bibliothèques, des livres et des mots. Ce blog soutient les libraires indépendants ainsi que le boycott d'Amazon.

Publié le par Agnès
Publié dans : #Autour de la lecture

Ce petit article récurrent vous permet de connaitre les 5 prochains livres qui se trouvent dans ma PAL (Pile A Lire). Celle-ci regroupe à présent tous les livres que j'achète (neuf ou occasion) ou que l'on m'offre. Ceux que je trouve dans la boite à livres sont à présent dans une PAL parallèle (et oui...). Je lis donc en permanence 2 livres : un issu de ma PAL "classique" et un issu de ma PAL "boite à livres". Parfois, un 3ème qui vient d'une masse critique Babélio s'ajoute.

 

 

 

 

- Re-vive l'empereur ! de Romain Puértolas 

 

Après le délirant fakir et l'émouvante petite fille au nuage grand comme la Tour Eiffel, revoici cet auteur qualifié de feel-good dans ma PAL, encore un ouvrage dédicacé par Romain Puértolas, et avec cette histoire de Napoléon décongelé qui vient combattre Daesch, je pense que je ne vais pas m'ennuyer !

 

 

Tout un été sans Facebook de Romain Puértolas

 

Et oui, encore un roman de Romain Puértolas, je les ai acheté par deux à chaque fois que je l'ai rencontré ! l'action se passe à New York, Colorado, oui oui c'est pas le même du tout, en compagnie d'Agatha Crispies, une flic noire dans une ville plutôt raciste. Comme toujours, je me demande ce que me réserve cette histoire abracadabrante !

 

 

- Océan Mer d'Alessandro Baricco

 

J'ai lu il y a longtemps City de cet auteur, je me rappelle avoir aimé son écriture même si je suis bien incapable de dire de quoi parlait ce livre ! si je me souviens un peu, c'est assez contemplatif, ce qui me plait assez, quand c'est bien écrit bien sur.

 

 

Complètement cramé ! de Gilles Legardinier

 

Etant donné que cet auteur a le don de m'émouvoir et de me faire oublier les tracas de la vie grâce à ses livres, je me rappelle avoir été bien contente de trouver ce roman, quasi neuf, dans le kiosque à livres de Saint-Cyr-Sur-Mer. Je sais par avance que je passerai un bon moment.

 

 

Ca peut pas rater ! de Gilles Legardinier

 

Trouvé le même jour que Complètement cramé ! difficile de résister à la tentation d'ajouter un Gilles Legardinier à ma PAL. C'est assez rare mais sur 5 livres, 4 sont plutôt feel-good dans cette liste, ce qui est bien étant donné le contexte actuel !

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Autour de la lecture

Avant tout, je tiens à préciser que j'ai écrit cet article précisément le 30 août et qu'il était dans mes brouillons depuis tout ce temps. Je décide de le publier aujourd'hui tout simplement car je trouve que c'est le bon moment.

 

Il y a quelques mois, une auteure m'a contacté via la page Facebook de ce blog pour me demander si j'acceptais de chroniquer son livre.

 

Je suis allée voir le résumé de ce roman, puis s'il avait déjà des critiques. C'était une histoire qui sortait un peu de ma zone de confort mais il m'intriguait. En plus, c'était la première fois que j'étais contactée directement par un auteur qui me proposait son livre.

 

J'ai alors donné une réponse positive à l'auteur, en fournissant les stats du blog, ce qui me semblait normal et en lui disant que je postais mes chroniques ici, sur Facebook à plusieurs endroits ainsi que sur Livraddict et sur Babélio.

 

C'est là que les ennuis ont commencé car mon interlocutrice m'a demandé si je postais des avis sur Amazon, ce à quoi j'ai répondu non puisque je boycotte cette plateforme et que je ne commande donc jamais rien dessus. Le dialogue s'est alors envenimé car cette dame insistait en disant que c'était important pour elle en tant que jeune auteure, et limite en me disant qu'en gros, sans ça il lui était impossible de se faire connaitre.

 

J'ai gardé un souvenir plutôt amer de cet échange pour plusieurs raisons. D'une, cette auteure m'a presque fait douter de mon choix, de deux, cela me fait d'autant plus redouter la présence étouffante et inévitable d'Amazon.

 

 

Pour se passer d'Amazon, des pistes en cliquant sur l'image

 

Dans mon entourage proche, tout le monde sait plus ou moins que je refuse de commander quoi que ce soit de cette façon (encore moins un livre) et je vous assure, j'arrive très bien à vivre sans ! Lorsque l'on m'objecte "oui, mais tu sais, il n'y a que là que j'ai trouvé ce livre, ce disque ou tout autre objet, épuisé depuis longtemps", je rétorque que je préfère encore me priver de quelque chose que je convoite (mais il n'y a rien que je désire à ce point en fait), plutôt que de trahir mes convictions.

 

Concernant un livre neuf, la loi est stricte en France et mis à part une réduction maximale de 5%, c'est la politique du prix unique selon la loi Lang de 1981 qui prévaut. Alors, je me demande toujours pourquoi les gens se précipitent sur Amazon, il parait que c'est rapide, et puis c'est simple hein ? et bien je vous l'assure, vous ne mourrez pas si vous attendez le dernier livre de votre écrivain préféré quelques jours de plus !! et comme vous savez vous servir d'un ordinateur, d'une tablette ou d'un smartphone, je vous livre mon arme secrète, le site des Librairies indépendantes :

 

Clique sur l'image, tu peux le faire !

 

Sur ce site, vous avez accès au stock de toutes les librairies indépendantes de France, et tadaaaaaaaaaam, certaines vous livrent, mais, c'est pas magique ça ?? hein ? quoi ? pas en 24h, mais on s'en fiche non ? vraiment, c'est important de recevoir vos commandes en un temps record, parfois même un dimanche ? lire ce n'est pas associé à prendre son temps, profiter, rêvasser ? allez stop, on sort de la course infernale de la surconsommation, et on se pose, si si, c'est important !!

 

Vous allez me dire que ce n'est pas beaucoup plus écolo de commander là que sur Amazon, certes, mais vous préférez :

 

A/ Faire travailler le libraire qui a du survivre tant bien que mal depuis le confinement

 

B/ Soutenir une multinationale qui encourage la surconsommation et dont le patron est déjà tellement riche qu'il ne sait plus quoi faire de son argent

 

Wow, ce que tu peux être naïve me direz-vous. Certes, mais je préfère être naïve, avoir des convictions et les respecter que me laisser embrigader et faire comme tout le monde parce que c'est soi-disant plus facile. Personnellement, je ne vois pas en quoi c'est plus facile de passer par Amazon, c'est sûr, si vous suivez l'algorithme de Google (oui, c'est vrai, ça je l'utilise), vous allez presque systématiquement tomber sur cette plate-forme, quel que soit le produit que vous cherchez. Mais en fait, vous pouvez aussi réfléchir par vous-même et faire autrement, c'est pas interdit (et plutôt fortement recommandé).

 

N'oubliez surtout pas que vous avez le choix, que vous en êtes responsable et que lire, c'est aussi un acte de résistance... 

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Lectures

Tout d'abord, je tiens à remercier Babélio ainsi que les Editions Seuil pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une masse critique privilégiée.

 

Un mot sur l'auteur (source : Editions Seuil)

 

Philip Kerr (1956-2018) a étudié le droit à l'université de Birmingham et la philosophie en Allemagne. Auteur de plus de trente livres acclamés dans le monde entier, il a reçu l'Ellis Peters Historical Dagger de la Crime Writers' Association en 2009 et plusieurs Shamus Awards.

 

Ce que raconte ce livre et ce que j'en pense

 

Bernie Gunther, jeune policier affecté à la brigade des moeurs se voit offrir un poste à la Kripo. La brigrade criminelle située à Berlin sur l'Alexanderplatz est tiraillée entre un dirigeant juif, Bernhard Weiss et la montée du parti nazi. Ajoutez à cela qu'en 1928, les gueules cassées de la grande guerre et les criminels en tout genre envahissent la ville, et vous obtenez une situation plutôt explosive.

 

Alors, lorsqu'un tueur se met à assassiner et scalper des prostituées, puis qu'une autre série de meurtres touche des invalides de guerre, Bernie Gunther a fort à faire.

 

Entre verres de schnaps et virées dans des lieux fréquentés par la pègre, notre inspecteur va se retrouver en pleine tourmente.

 

Ce roman est pour moi une totale découverte de Philip Kerr, malheureusement posthume puisqu'il est décédé en 2018. J'ai donc raté la trilogie berlinoise qui a permis à de nombreux lecteurs de faire connaissance avec Bernie Gunther. De plus, ce tome est en quelque sorte un prequel de la série qui lui est dédiée, puisque nous assistons ici à ses premiers pas à la criminelle.

 

De prime abord, j'ai été quelque peu déstabilisée par la plongée dans la Kripo. Même si je suis familière de l'Allemagne, je ne connaissais rien de la police criminelle berlinoise, encore moins pendant cette période particulière de l'entre-deux guerres.

 

Passé un petit moment de familiarisation avec l'environnement et le vocabulaire (heureusement que j'ai fait allemand tout de même !), j'ai ensuite suivi avec intérêt les péripéties de Bernie Gunther. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auteur est très précis, particulièrement sur les faits et les lieux. Connaissant un peu Berlin, il m'était possible de situer certains endroits, et j'ai apprécié de découvrir l'atmosphère particulière de la ville à cette période.

 

Ce roman est très dense et même si le contexte peut sembler déprimant, il n'est pas dépourvu d'humour grâce au caractère de Bernie Gunther. J'ai découvert avec plaisir ce personnage bien loin d'être infaillible, qui a soif de justice (et pas que de ça...) mais qui est loin d'être naïf.

 

L'ensemble des protagonistes est décrit avec le même soin, on croise parfois une célébrité, comme Fritz Lang, dont le film donne son nom à ce livre.

 

Metropolis est une somme de détails impressionnants sur le Berlin de 1928, et les notes de l'auteur à la fin confirment qu'il était un historien, aussi bien qu'un écrivain brillant.

 

Pourquoi lire Metropolis ?

 

Puisque ce roman raconte les débuts de Bernie Gunther, il semble assez indiqué de commencer par celui-ci afin de faire connaissance avec cet inspecteur emblématique.

 

Si plonger dans un Berlin qui panse à peine les plaies de la Grande Guerre et où le quotidien doit déjà composer avec le nazisme peut être traumatisant, c'est aussi un exercice intéressant et riche d'enseignement.

 

Plutôt que de plaid et de thé, munissez-vous d'un bon tord-boyaux local qui vous réchauffera assez pour suivre Bernie Gunther sans crainte !

 

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Lectures

Tout d'abord, je tiens à remercier Babélio et les Editions Rue de l'échiquier pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la masse critique de novembre.

 

Un mot sur l'auteur (source : Editions Rue de l'échiquier)

 

Après des études d'architecture et d'histoire de l'art, Pascale Bougeault a publié une quarantaine d'albums pour la jeunesse, principalement à l'Ecole des loisirs. Elle y raconte des histoires facétieuses et fantaisistes, toujours ancrées dans le vie quotidienne. Certains d'entre eux ont été d'énormes succès, comme L'Ouragan ou Peppino.

 

Ce que raconte ce livre et ce que j'en pense

 

Camille et Julien sont amoureux. Mais avant de se rencontrer, chacun a eu une vie... et des enfants !

 

Entre concessions, organisation en fonction des gardes, nouvelle maison... ce petit roman graphique raconte l'histoire d'une famille puzzle, reflet de beaucoup de nos contemporains.

 

Etant moi-même une "belle-maman" qui a du trouver sa place auprès d'un petit homme, j'ai été naturellement attirée par ce livre.

 

Bien sûr, pour mon cas, il n'y a qu'un enfant à "gérer" ce qui est forcément déjà plus simple.

 

Dans ce récit, Camille a deux enfants, et Julien trois. S'y ajoutent les ex, frères et soeurs... des chats, chiens... tout une joyeuse bande dans laquelle il y a de quoi perdre son latin !

 

J'ai apprécié le cheminement de l'auteure par rapport à l'histoire de Camille et Julien. De la première rencontre de leurs enfants respectifs à l'emménagement dans une maison commune, les immanquables différences d'éducation, les petites frictions du quotidien...

 

Certaines anecdotes vont forcément "parler" aux familles recomposées, on sent que l'auteure connait bien le sujet.

 

Par contre, je regrette un peu quelques petits points. Par exemple, "l'arbre généalogique" des deux familles est compliqué à comprendre et il sert finalement peu par la suite. Je ne suis pas sure qu'il était nécessaire de le détailler à ce point.

 

Bien que ce roman s'adresse en priorité à des enfants (je dirais à partir de 10 ans environ, selon la maturité), certaines situations sont vraiment survolées (les premières vacances communes par exemple), ce qui est un peu dommage.

 

Hormis cela, cette petite BD est réaliste et peut constituer une bonne base de dialogue pour des enfants qui se trouvent dans une famille puzzle.

Pourquoi lire La famille puzzle ?

 

Grand ou petit, que vous soyez Julien, Camille, ou l'un des enfants, cette BD vous parlera.

 

Malgré la difficulté de concilier des bouts de vie (parfois uniquement un week-end sur deux), ce type de livre permet de montrer que tout est possible lorsque chacun y met du sien.

 

Et ne l'oublions pas, avec de l'amour, cela s'arrange toujours ! (Oui, c'est bisounours, mais j'y crois, et j'assume !)

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Autour de la lecture

Pour ce rendez-vous normalement hebdomadaire, voici ce que j'ai déposé aujourd'hui :

 

 

Et voici ce que j'ai trouvé :

 

 

Allons bon, elle dépose un livre et elle en prend deux... oui c'est vrai. Mais, si vous êtes attentif (je l'espère, mais si ça n'est pas le cas, je ne vous en voudrai pas), vous avez peut-être remarqué qu'il n'y avait pas eu de rendez-vous de la boite à livres la semaine dernière. En effet, j'y suis bien allée mais j'avais déposé un livre et rien trouvé. Afin de ne pas choisir entre deux ouvrages qui m'intéressaient j'ai "reporté" ce que je n'ai pas trouvé la semaine dernière à celle-ci.

 

La part de l'autre d'Eric-Emmanuel Schmitt : ce roman est une uchronie, l'auteur extrapole sur le destin d'Hitler si celui-ci avait été reçu à l'Ecole des beaux-arts de Vienne, son destin aurait bien sûr été différent, et sans doute celui de notre monde également. Cet exercice m'intrique beaucoup. Le livre n'est pas en super état mais il y a toutes les pages, c'est l'essentiel.

 

Vous n'aurez pas ma haine d'Antoine Leiris : en cette semaine "anniversaire" (c'est toujours étrange d'employer ce mot plutôt joyeux même pour des événements aussi horribles) des 5 ans des attentats du 13/11/2015, ce livre semble tout indiqué. Je sais que cette lecture sera difficile, et je pense que beaucoup connaissent de nom ce témoignage d'un homme qui a perdu sa femme, la mère de leur jeune enfant dans l'attentat perpétré au Bataclan. J'aime cette philosophie malgré la dureté de la perte et son injustice. Répondre à la haine par la haine donne raison aux terroristes, ainsi que répondre par la peur et l'intolérance. Une lecture qui sera nécessaire, porteuse d'espoir et de résilience.

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Autour de la lecture

Connaissez-vous le test de la page 99 ? j'ai découvert ce principe sur Livraddict il y a quelques temps et j'ai trouvé la technique sympa pour savoir si un livre que l'on hésite à lire est susceptible de nous plaire ou non. Ci-dessous l'explication de ce test tirée de Wikipédia :

 

"Selon Ford Madox Ford (écrivain et éditeur anglais), à la page 99, qui se situe habituellement vers le quart ou le tiers d'un roman, les personnages et l'intrigue sont en place et le rythme et l'équilibre installés permettent au futur lecteur de juger s'il a envie ou non de lire l'ouvrage."

 

Bien sûr, si vous ne lisez que des pavés de 600 pages, la règle est légèrement faussée car l'action n'est alors pas forcément assez engagée. Cependant, cela donne toute de même une idée un peu plus précise de ce qui peut nous plaire ou non dans une histoire. Depuis quelques temps, j'applique le test de la page 99 régulièrement. Surtout parce que je trouve souvent dans les boites à livres des ouvrages dont l'auteur m'est inconnu et dont fatalement je ne connais pas le style. Si la page 99 ne me plait pas, je repose le livre. Il y a peu, j'étais vraiment hésitante car le livre sortait totalement de ma zone de confort, la page 99 m'a convaincue de me lancer.

 

Je vous propose donc de découvrir chaque semaine la page 99 d'un livre que je n'ai pas encore lu. Certains ont "subi" ce test de ma part, d'autres non. J'espère en tout cas vous donner envie d'élargir vos lectures grâce à ces extraits ! 

 

Aujourd'hui, la page 99 de Une vie pour deux de Marie Cardinal

 

"Elle avait l'air de bien le connaître et de lui trouver des défauts : ses retards, ses oublis, sa maladresse, son manque d'organisation et de soins. C'est par cette voix que j'ai commencé à avoir de la sympathie pour cet homme. Il lui répondait comme un petit garçon : "Je ne recommencerai plus.", "Je ferai attention", "Je n'oublierai pas", "Je m'excuse", "Ce n'est pas de ma faute", "Je ne l'ai pas fait exprès". J'ai découvert qu'il était gentil, ce que son apparence ne laissait pas prévoir. Car il était grand et lourd avec un visage fermé, une parole bourrue et un regard difficile à capter qui avait été, en grande partie, cause du dégoût que j'éprouvais pour lui au début. Je le croyais lâche et j'ai découvert qu'il était surtout timide.

 

Finalement, les mois passant, j'aimais bien venir là. Et lui aussi aimait bien que je vienne. J'avais pris une place importante dans son travail. Il me donnait à faire de la documentation.

 

Or pour bien comprendre ce qu'il attendait de moi il fallait que je sache exactement quel était le sens de sa recherche et je m'y appliquais. Ainsi, au bout de deux ans, je connaissais son travail aussi bien que lui-même, j'étais incorporée à son travail. J'étais devenue un être à part dans sa vie, un être humain qui participait de son oeuvre, un peu comme un dictionnaire vivant, une bibliothèque avec des cicatrices, un stylo à pattes, du papier à cheveux, un classeur avec une cervelle, une lampe de bureau avec un coeur. Un jour j'ai compris que je lui étais indispensable mais lui ne l'avait pas compris. Je faisais partie de sa création au même titre que les dossiers qu'il noircissait. Il pensait qu'il pouvait me manipuler comme il manipulait son matériel de bureau. Il ne se rendait pas compte qu'en dehors de l'amitié que j'éprouvais pour lui maintenant, il était aussi mon gagne-pain et que mon idéal n'était pas de faire ce travail jusqu'à la fin de mes jours."

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Lectures

Un mot sur l'auteur

 

Yarô Abe est un mangaka japonais connu pour sa série La Cantine de minuit.

 

Ce que raconte ce livre et ce que j'en pense

 

Dans le quartier Shinjuku situé à Tokyo, La Cantine de minuit sert à ses clients tous les plats qu'ils désirent... à condition que le patron ait les ingrédients nécessaires.

 

Chaque plat a une histoire, chaque habitué, grâce à la cuisine de ce restaurant, se lie avec une ou plusieurs autres personnes.

 

Sur ce postulat simple se construit un enchainement de chapitres portant tous les nom d'une recette. Est-ce répétitif ? Et bien pas du tout !

 

Les récits liés aux clients sont très variés car ils sont tous très différents : yakuzas, acteurs pornos, chanteurs, trio d'amies...

 

On pourrait croire qu'en une dizaine de pages il est difficile d'installer une véritable histoire, et surtout que l'on ne peut pas s'attacher aux protagonistes. Grosse erreur ! certains récits sont très émouvants, d'autres drôles, et surtout, quelle que soit la profession des personnages, on ne juge personne.

 

Le dessin n'est pas du tout caractéristique des mangas que je voyais habituellement et je sais que ce trait particulier rebute certains lecteurs, mais ça n'a pas du tout été mon cas.

 

Parfois nous croisons certains habitués dans plusieurs histoires comme Mayumi (qui a bon appétit), Ryû le yakuza.... et bien sûr, le "héros", l'énigmatique patron à la cicatrice de La Cantine de minuit.

 

J'ai tellement apprécié, je dirais même savouré ce premier tome, que je me réserve le deuxième pour le lire avec autant de délectation.

 

Pourquoi lire La Cantine de minuit ?

 

Envie d'en savoir plus sur la cuisine japonaise et les moeurs d'un quartier animé de Tokyo ? Ce manga est fait pour vous.

 

Aucun risque d'indigestion si vous dégustez chaque histoire comme je l'ai fait : une par jour avant d'aller me coucher, avec parfois la larme à l'oeil ou le sourire, et souvent, une furieuse envie de goûter le plat du jour !

Voir les commentaires

Publié le par Agnès
Publié dans : #Autour de la lecture

Ce petit article récurrent vous permet de connaitre les 5 prochains livres qui se trouvent dans ma PAL (Pile A Lire). Celle-ci regroupe à présent tous les livres que j'achète (neuf ou occasion) ou que l'on m'offre. Ceux que je trouve dans la boite à livres sont à présent dans une PAL parallèle (et oui...). Je lis donc en permanence 2 livres : un issu de ma PAL "classique" et un issu de ma PAL "boite à livres". Parfois, un 3ème qui vient d'une masse critique Babélio s'ajoute.

 

 

 

Le coeur d'une autre de Tatiana de Rosnay

 

Ce livre est je crois le premier que j'ai pris dans la boite à livres du travail. J'aime beaucoup Tatiana de Rosnay et le sujet de la transplantation cardiaque est quelque chose qui m'intéresse particulièrement. Retrouver son écriture sera un vrai plaisir !

 

 

- Re-vive l'empereur ! de Romain Puértolas 

 

Après le délirant fakir et l'émouvante petite fille au nuage grand comme la Tour Eiffel, revoici cet auteur qualifié de feel-good dans ma PAL, encore un ouvrage dédicacé par Romain Puértolas, et avec cette histoire de Napoléon décongelé qui vient combattre Daesch, je pense que je ne vais pas m'ennuyer !

 

 

Tout un été sans Facebook de Romain Puértolas

 

Et oui, encore un roman de Romain Puértolas, je les ai acheté par deux à chaque fois que je l'ai rencontré ! l'action se passe à New York, Colorado, oui oui c'est pas le même du tout, en compagnie d'Agatha Crispies, une flic noire dans une ville plutôt raciste. Comme toujours, je me demande ce que me réserve cette histoire abracadabrante !

 

 

- Océan Mer d'Alessandro Baricco

 

J'ai lu il y a longtemps City de cet auteur, je me rappelle avoir aimé son écriture même si je suis bien incapable de dire de quoi parlait ce livre ! si je me souviens un peu, c'est assez contemplatif, ce qui me plait assez, quand c'est bien écrit bien sur.

 

 

Complètement cramé ! de Gilles Legardinier

 

Etant donné que cet auteur a le don de m'émouvoir et de me faire oublier les tracas de la vie grâce à ses livres, je me rappelle avoir été bien contente de trouver ce roman, quasi neuf, dans le kiosque à livres de Saint-Cyr-Sur-Mer. Je sais par avance que je passerai un bon moment.

Voir les commentaires

Publié le par Agnès

Reconfinés oui, mais la boite à livres se situant à bien moins d'un kilomètre de mon domicile, je suis donc sortie, munie de mon attestation afin d'y faire un petit tour.

 

Voici ce que j'ai déposé :

 

 

Et voici ce que j'ai pris :

 

 

- Le poney rouge de John Steinbeck : je n'ai jamais lu de livre de cet auteur, aussi je préfère commencer avec une histoire assez courte qui est, d'après ce que j'ai vu sur le net assez cruelle et pas tellement pour les enfants en fait... d'ailleurs je trouve que la couverture est un peu anxiogène, le petit garçon, tout comme le poney, n'ont pas un air très engageant !

 

L'étonnant voyage de Hareton Ironcastle de J.H. Rosny aîné : j'ai du aller fouiller sur Livraddict et sur Babélio pour en apprendre plus sur ce livre car il n'y a pas de résumé dans cette édition. Déjà, j'ai ainsi vu que l'auteur est celui de La guerre du feu, je ne m'en rappelais pas du tout (la sortie du film d'Annaud en 1981 alors que j'étais encore très petite avait marqué mon enfance). Et j'ai aussi pu voir que ce roman est dans la veine du Monde perdu de Conan Doyle que j'avais vraiment adoré. Il n'en fallait pas plus pour que ce livre tombe dans mon sac !

Voir les commentaires